La colère des parents d'élèves Le Quotidien d'Oran

1 appréciations
Hors-ligne
Jijel Examen de fin de cycle primaire: la colère des parents d'élèves

par A. Zouikri
L'épreuve de français proposée à l'examen de fin de cycle primaire pour les élèves de la 5e année a provoqué la colère et l'indignation des parents d'élèves et du corps enseignant de cette matière. Ces derniers n'ont, d'ailleurs, pas hésité à tirer à boulets rouges sur les concepteurs du sujet de cette épreuve. Tous ceux que nous avons rencontrés, principalement parmi les enseignants, surpris, faut-il le dire, de la difficulté du sujet, ont carrément accusé ces derniers d'avoir visé par le sujet proposé, les élèves du milieu citadin, pénalisant du coup, selon les mêmes avis, les élèves du milieu rural des petites localités. Ces réactions, nous avons pu les recueillir au deuxième jour de l'examen, auprès de quelques enseignants et parents d'élèves qui n'ont pas manqué, unanimement, à manifester le rejet de «cette façon de préparer un sujet d'examen aussi important».

Un inspecteur de français n'a, d'ailleurs, pas hésité à déclarer qu'il a du mal à comprendre que le sujet proposé représente le statut de langue étrangère comparativement, selon ses propos, au sujet d'arabe qui a été à la porté des élèves. Sur sa lancée, le même inspecteur, visiblement sous le coup de la colère et de l'incompréhension, est allé encore plus loin dans ses critiques à l'égard de ce sujet, qualifiant cette langue «d'étrange» et non «d'étrangère» que représente le français dans l'école algérienne. Avertissant qu'il aura énormément de «O» le jour de la correction de cette épreuve, le même inspecteur a analysé, point par point, les questions proposées dans cette épreuve. Sa première remarque concerne la sémantique du texte qui reste, selon lui, truffée de mots inaccessibles à l'élève et qui rendent, par conséquent, difficile l'accès au texte, à l'image de: sainement, notamment, planète, etc.

Concernant la question n°6, il note qu'«on aurait pu proposer une autre formulation pour la rendre compréhensive». Sur sa lancée, le même inspecteur a encore fait remarquer qu'il y a eu négation des points proposés en grammaire. Dans le même contexte, il a noté que «les questions proposées ne respectent pas les directives de l'ONEC, à savoir: les trois niveaux de conception avec, en sus, un non-respect de la gradation», car, selon lui, toutes les questions sont difficiles. Il donne pour exemple, la première question qui aurait dû être facile pour motiver l'élève de niveau faible, «Or, constate-on, cette question posée sous forme d'un QCM n'a pas été motivante pour l'élève ni n'a été à sa portée». «Les mots et les expressions verbales qu'elle comprend sont encore difficiles pour l'élève», a-t-il encore précisé.

Ceci dit, si la pollution demeure un thème d'actualité dans un pays qui n'arrive pas à se débarrasser de ses ordures, il n'en demeure pas moins que le sujet sur la protection de l'environnement proposé à cet examen pour les élèves de la 5e année primaire, -les premiers à passer cet examen sous la bannière de la nouvelle réforme, initiée par le département de Benbouzid-, a soulevé moult interrogations au sein de la corporation des enseignants du français. Ces derniers ont ainsi qualifié ce sujet de «difficile et d'inacceptable pour des élèves d'un tel niveau». Un enseignant, visiblement étonné par le texte proposé aux candidats de cet examen, n'a pas manqué de nous parler de la déception des parents d'élèves qui ont fait une petite correction du sujet avec leurs enfants. «Certains élèves sont sortis des centres d'examen choqués, voire traumatisés, lorsqu'ils ont su qu'ils sont passés à côté des réponses justes», nous ont encore précisé des enseignants. Pour le reste, il convient de rappeler que les élèves qui auront une moyenne supérieure ou égale à 5/10 aux 3 épreuves de cet examen passeront le cap du primaire pour accéder en première année moyenne. Seront également admis, les candidats qui auront obtenu une moyenne générale supérieure ou égale à 5/10 en ajoutant à la note d'examen, la moyenne annuelle divisée par 2.

Les candidats qui n'auront pas obtenu la moyenne requise pour passer au cycle moyen, auront une autre chance lors de la deuxième session du 24 juin prochain. Les résultats définitifs seront proclamés le 6 juin prochain.
Le Quotidien d'Oran : 31-05-2008


0 appréciations
Hors-ligne
bravo vous avez tous dit

0 appréciations
Hors-ligne
merci pour votre perspicacité et pour votre clairevoyance.Que ces concepteurs du sujet de 5AP sortent pour dexpliquer aux parents d'élèves aux enseignants et à ces petits innocebnts dans quel état ils étaient quand ils ont pondu cette cochonnerie
foufou

0 appréciations
Hors-ligne
aujourd'hui, nous avons commencé la correction.j'ai corrigé un jury de 180 copies .Trois copies ont obtenue la moyenne ,les autres rien que des 1,2 et plus d'une centaine des 0,50

0 appréciations
Hors-ligne
vous savez moi jai eu des élèves qui ont pleuré pendant deux jours à cause du français en se demandant aquoi sert tous qu 'on a appris en classe ils ont travaillé a la maison et en classe pour terminer le programme c' était une grande déception le sujet de 5ap

0 appréciations
Hors-ligne
merci pour tous vos efforts.
nihad

0 appréciations
Hors-ligne
la critique est aisée l'art est difficile!

0 appréciations
Hors-ligne
Quel massacre pour la langue française dans nos écoles !!!!!!!
Déjà un programme de 5 ap qui n'est pas adapté ni avec le niveau des
élèves ni avec leurs âges .C'est un programme qui bloque ; décourage et dévalorise
ensuite l'épreuve de français proposée à l'examen de la fin d'année qui n'est pas abordable même par les candidats de la ville d'Alger ou la ville de Tizi … Bref !! C'est l'échec total !!! ????????????
Soyez raisonnables mes collègues !!!!!!!!!!!

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3070 autres membres