nostalgie

0 appréciations
Hors-ligne
jadis , quand j'étais enfant nos enseignants n'avaient pas un niveau universitaire mais mon ame et mon coeur avant ma memoir sont marqués pour ne pas dire stigmatés de beaux souvenirs , des sorties de découvertes , des traveaux d'art en classe , de la tendresse , de la douceur , j'ai 32 ans et jusqu'a aujourd'hui quand je rencontre ma maitresse de primaire dans la rue mon coeur commence à battre , non par peur mais par amour , le temps a tracé ces marques sur son visage , mais je la vois toujours de la meme façon, j'avais deux mamans une à la maison , et une autre en classe , ma maman de classe ne rate pas une occasion, à me carssé les cheveux ou m'envoyé un joli sourir , et croyez moi , je l'aimais et je l'aime encore !et c'est bien elle qui m'a fait aimer l'école , pourquoi les enseignants ont changé de cette facon , pourquoi aujourd'hui ils ne font qu'attendre la paie chaque mois , les classe ont perdu leur atmosphère tiède d'autres fois , me manque cette petite famille , ou plutot cette grande famille qui naissait dans les classes , me manque , l'amour matérnel de la maitrtesse pour ces élèves , me manque le respect , la joie , la serenité des classe d'autres fois , je sais qu'ils y a ceux qui vont me dire ( alors là, tu n'as pas vu l'école des année 70) je sais mon mari et mes frères me le repetent sans cesse mais moi aussi j'ai vecu les plus belles années de ma vie au primaire et tous ca à cause des grandes dames avec un grand D qui nous enseignaient à l'époque , merci , mil merci de nous avoir offrir le pouvoir d'avoir des nostalgies, merci à madame mili et melle belhadj wided de l'école emir abdelkader ( sidi mabrouk / constantine ) années 1982/1987

0 appréciations
Hors-ligne
AVANT les parents respectent l'enseignant et avertient leurs enfants et leurs demandent d'etre sage et que l'enseignant est le père ou la mère à l'école il faut la , le respecter aussi nous étions déciplinés pas comme les élèves d'aujourd'hui c'est rare que tu trouves ça . Avant si le maitre frappe un élève leurs parents lui disent c'est parce que tu as mal fait mais à nos jours ils viennent devant leurs enfants disent ne le touche plus alors comment l'élève va entendre le maitre ou le respecter une autre fois

Dernière modification le 23-05-2008 à 14:39:55

0 appréciations
Hors-ligne
.Ce n'est nullement le temps qui a changé : les heures et les minutes sont les mêmes mais c’est les gens qui changent ainsi que nos valeurs qui commencent à disparaître
Moi j’enseigne dans un village et dieu merci je n’est aucun problème avec mes apprenants: eux me considèrent comme leurs 2d mère et moi je les considère comme mes enfants.
Quand j’arrive à 08 :00 à l’école, je vois mes élèves courir vers moi pour m’embrasser, pour me donner des lettres très mignonnes, ou pour me tenir mon cartable.
L’année prochaine je vais peut être rentrer en ville, ils vont vraiment me manquer.
Je sais que je vais trouver un autre monde.

Dernière modification le 23-05-2008 à 18:38:27
mikabella85

1 appréciations
Hors-ligne
Salam les collègues,

Pour être franc, notre société a perdu beaucoup de ses valeurs. Nous sommes devenus des matérialistes. Les gens ont perdu cette notion du bien et du mal, ils l'ont bien remplacée par autre chose : vous valez ce que vous possédez comme richesse.Non pas cette richesse d'âme et d'esprit mais ce que vous empochez comme gain.

Si on revenait en arrière, on aura certainement cette image d'une vie simple . Tous les gens ont presque le même niveau de vie, et le savoir à une grande valeur dans la vie des gens.
Car à cette époque, on évalue la réussite de quelqu'un par ses titres et ses diplômes. Et d'ailleurs vous ne pourriez pas avoir de notoriété si vous êtes analphabète.
Les gens grimpent haut dans la hiérarchie de la société par leur savoir et leur savoir faire. Avoir un bon poste du travail veut dire posséder un bon niveau de culture et on confond toujours réussite avec diplôme et cela pour une simple raison tous les gens diplômés peuvent avoir facilement du travail. Gagner sa vie, c'est réussir dans ses études.

Mais maintenant, ce n'est plus la même chose, les diplômés sont souvent dans la rue, ils ne trouvent même pas de quoi payer un café. Réussir dans la vie ne veut plus dire avoir un diplôme mais avoir de quoi se nourrir.
Même les enfants n'ont plus cet enthousiasme pour les études qu'on avait auparavant , ils sont le produit de la société. Une société qui a changé de système de valeurs, pour eux réussir porter de jolis habits , monter une grosse voiture et habiter une grande villa ou un palace.

L'enseignant le pauvre ne peut pas se procurer cela, alors qui voudra être à sa place.


Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :
Cochez la case ci-contre :

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3071 autres membres